19-07-2019

Eléments d’information sur la présence de tritium dans l’eau du robinet à Paris

Références de qualité pour le tritium dans l’eau du robinet

La mesure du tritium dans l’eau destinée à la consommation humaine sert d’indicateur susceptible de révéler la présence de radionucléides artificiels et donc une contamination d’origine humaine.

La référence de qualité de l’activité en tritium fixée en France et dans l’union européenne est de 100 Bq/l, elle est très inférieure à la valeur de référence de 10 000 Bq/l préconisée par l’OMS.

Le ministère chargé de la santé et l’autorité de sûreté nucléaire (ASN) ne recommandent ainsi aucune action particulière tant que le seuil de 100 Bq/L pour l’activité en tritium n’est pas atteint.

Les quantités mesurées dans l’eau distribuée à Paris (cf. ci-après) sont très inférieures à ces valeurs.

Mesures et résultats dans l’eau distribuée à Paris

Les analyses de la qualité radiologique de l’eau sont réalisées tous les mois par l’Agence régionale de santé (ARS) sur les réservoirs de Montsouris, L’Haÿ-les-Roses, Les Lilas et Saint-Cloud qui alimentent Paris en eau potable(*). Les résultats du contrôle de la qualité de l’eau sont publics, ils sont accessibles sur le site internet du ministère de la santé eaupotable.sante.gouv.fr.

Au cours des dernières années (de 2016 à mi-2019), aucun dépassement n’a été observé dans l’eau distribuée à Paris. Le seuil moyen relevé à Paris depuis 2016 varie entre 0 et 1,22 Bq/L dans le réseau d’eau parisien, avec :

Les relevés réalisés représentent une quantité infinitésimale sans impact sur la santé des parisiens.

(*) la qualité radiologique de l’eau n’est pas contrôlée par l’ARS au niveau du réservoir de Ménilmontant considérant que la qualité d’eau est identique à celle du réservoir des Lilas.

Haut de page